Vous êtes ici : Accueil / Ressources Métiers / Transformation de l'IFTS en EISINE

De nouveaux titres d'ingénieur pour la rentrée 2019

Création par l’Université de Reims Champagne-Ardenne d’une nouvelle école d’ingénieurs spécialisée en sciences industrielles et numérique (EiSINe), dont une implantation sera située dans les Ardennes, à Charleville-Mézières.

Issue de la transformation de l’Institut de Formation Supérieur (IFTS) présent à Charleville-Mézières, cette nouvelle école proposera de former des ingénieurs dans le domaine de la transition industrielle et numérique. Evidemment, la fabrication additive pour l’industrie, matérialisée par la présence de la plateforme Platinium 3D, sera un des atouts de ces formations. Elle faisait déjà l’objet d’un diplôme en partenariat URCA / UTT, qui va être intégré dans les nouveaux cursus.

Dès la rentrée 2019, deux nouveaux diplômes d’ingénieur en apprentissage seront ainsi ouverts, en partenariat avec l’ITII Champagne-Ardenne :

  • Matériaux et Génie des Procédés (conception de produits, modélisation, moyens de production, fabrication additive, …)
  • Génie Electrique et Robotique (électrotechnique, production automatisée intégrant les nouvelles technologies, robotique et cobotique industrielle, …)

 Une troisième spécialité en « Maintenance 4.0 » est prévue pour la rentrée 2020.

De manière générale, outre les compétences techniques, ces ingénieurs posséderont également des capacités à diriger et à communiquer aussi bien en interne qu'en externe (clients nationaux et/ou internationaux), à coordonner et à gérer simultanément des hommes et des techniques différentes, des coûts et des délais très serrés pour la réussite d'un projet commun. À terme, 75 ingénieurs par an seront diplômés via l’EiSINe, principalement sous statut d’apprenti, afin d’adapter la formation au projet de l’entreprise et de l’apprenant.

Cette nouvelle école d’ingénieurs, qui prendra place sur le nouveau campus de Charleville-Mézières "Sup Ardenne", vient compléter l’offre de formation ardennaise et répondre aux besoins des industriels du territoire, déjà tournés pour certains vers l’industrie du futur.